Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #photos et videos tag

Le Fouta en Guinée et au Sénégal !

Publié le par fouta-decouverte

Je ne résiste pas à l'envie de partager les photos de Simon F., photos prises ces derniers jours au coeur du massif du Fouta aussi bien côté guinéen (Doucki, Koundara, Labé), que côté sénégalais (campement Wassadou, parc du Niokolo) !

Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !

Je profite de l'occasion pour partager avec vous, ou plutôt re-partager, l'adresse du blog de Simon, qui vit en Casamance, à la frontière avec la Gambie.

 Un blog à déguster comme une gourmandise ! Si si c'est vrai, allez-y voir ! 

Voir les commentaires

Voyage en Guinée en Juin 2016 par TripBPhotography

Publié le par fouta-decouverte

Je partage avec vous le texte de TripBPhotography (c'est pas son vrai nom !?!), qui a dégusté avec bonheur une petite tranche de Guinée avec les meilleurs ingrédients :

"La Guinée Conakry est située entre le Sénégal, la Guinée Bissau, la Sierra Leone, le Libéria, la Côte d'Ivoire et le Mali. Elle possède 4 régions : - la Basse Guinée, région du littoral, avec la capitale : Conakry - la Moyenne Guinée, région montagneuse, avec le Fouta Djalon - la Haute Guinée, région dite de Savanes, avec la grande ville Kankan - la Guinée Forestière.

Le pays est peu développé industriellement.

Dans ce voyage, j'ai souhaité visiter la Moyenne Guinée, la Haute Guinée et la Basse Guinée

Pour ce faire, je me suis fait aider par l'association Fouta Trekking Aventure Tourisme, dont le contact internet Cellou Bah m'a organisé les treks de 2 des 3 régions. Puis j'ai souhaité voir seul la Basse Guinée, pour voir ce que ça donnait sans guide. Cette association fait du tourisme responsable, aidant après avoir payé le guide et les aspects administratifs, les populations par des projets d'amélioration des villages (puits, envoi d'une source vers le centre d'un village, etc...). Ce pays utilise des porteurs pendant les treks.

Ancienne colonie Française, la langue officielle est le Français. La monnaie de Franc Guinéen (GNF). Tout le monde y parle Français, avec plus ou moins de facilités. Toutefois chaque peuple utilise principalement sa langue maternelle. - Moyenne Guinée : les Peuls et leur langue le Poulard - Haute Guinée : les Malinké et quelques Peuls : langue le Malinké et le Poulard - Basse Guinée : les Soussou et leur langue le Soussou.

Ce pays a des routes assez désastreuses, les trajets sont très longs et assez onéreux. Les seuls moyens de locomotion sont le taxi brousse, la moto taxi et la voiture de location avec chauffeur. Les Taxi brousse sont soit des Peugeot 505 ou voiture similaire, avec 9 personnes dedans et certains sur le toit avec les bagages, ou des mini-vans avec plein de monde. Je n'en ai pas pris mais ai réussi à compter environ 20 personnes dedans. Là il y a peu de bagages sur les toits, c'est plutôt pour de courtes distances. La voiture individuelle avec chauffeur dépend du budget. Je n'ai pas vu d'agence de location, ce semblent être plutôt des voitures particulières (d'après ce que j'ai pu voir). Ce moyen semblait assez rarement utilisé. Toutefois c'était la saison des pluies, avec peu de touristes donc mon point de vue peut ne pas être généralisable. Ni cars, ni trains.

La Guinée a l'électricité, par intermittence dans les grandes villes. Sauf certaines villes comme Dabola qui est proche d'une centrale hydraulique. L'eau courante est de moins en moins pratiquée, faute de maintenance des infrastructures. C'est un bon endroit pour revenir aux fondamentaux. Certains ont des groupes électrogènes pour s'éclairer, des panneaux solaires. La lampe frontale est une grande amie.

La nourriture y est très bonne, elle n'est pas en abondance et chaque bouchée est vécue pleinement. Le riz le Manioc et la banane sont des accompagnants privilégiés. Le poisson de rivière ou de mer (lotte, capitaine, sole, crevette) sur le littoral, le poulet, la chèvre, le mouton, le boeuf sont les viandes. Mais beaucoup de plats sont végétariens, avec des plantes préparées. Parfois peu ragoutants, les plats m'ont toujours plu. A part le Tô, mais les Guinéens sont compréhensifs. L'eau est très bonne, mais bien sûr en tant que touriste il est important de la purifier au chlore (Aqua Tab par exemple). Toutefois j'ai certainement bu quelques gouttes ici et là, malgré moi, sans avoir des soucis ultérieurs. Les fruits et légumes poussent en abondance dans les arbres et les champs. Mangue, ananas, avocat sont succulents.

La période de Ramadan est un moment très intéressant, si on souhaite s'approcher des populations locales. La convivialité des nuits est très puissante et rythmée par des pratiques qui aident à la compréhension mutuelle. La fête de fin de Carême voir le retour à la musique et à la danse, où les gens se visitent pour voir s'ils vont bien."

Pour voir les superbes photos qu'il a prises au cours de son voyage, suivre le lien suivant :

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, Doucki et ses environs

Publié le par fouta-decouverte

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 7

Publié le par fouta-decouverte

Vous avez envie de pénétrer au coeur du Fouta, de rencontrer ses habitants et de partager un peu de leur quotidien, d'échanger. Vous aimez marcher, grimper, vous baigner, observer la nature, vous aimez prendre le temps de profiter de chaque instant.

Un petit détour par Aïnguel s'impose !

Voir les commentaires

Les échelles de Lélouma, lien entre deux mondes

Publié le par fouta-decouverte

Un site chargé d'Histoire, hautement symbolique, mais également un lieu à couper le souffle, ou les jambes; c'est selon ...

Construites au 19ème siècle, ces échelles relient toujours les villages des "nobles" des plateaux aux villages de leurs "captifs des plaines". Et même si la réalité de l'esclavage n'est plus, les mentalités évoluent doucement ....

Le reportage ci-dessous (voir lien), même s'il date un peu, permet de mieux comprendre ce que représentent les échelles à la fois dans la vie quotidienne des habitants, mais aussi dans leur symbolique si particulière.

Physiquement, les échelles sont situées à quelques kilomètres de Lélouma, à proximité du village de Djinkan, accessible en voiture. Il faut encore 30 à 45 min pour accéder au sommet de la faille, où sont adossées les échelles.

Ces dernières sont faites de perches en bambous reliées entre elles par des lianes qui forment les marches. Posées à même la roche, leur verticalité est impressionante ! Le dénivelé d'environ 80 mètres contribue grandement à cette impression.

C'est d'autant plus impressionnant un jour de marché à lélouma, car alors les femmes "d'en bas" escaladent ces échelles avec une incroyable dextérité et des chargements à faire frémir, pour aller vendre leur production.

Les échelles de Lélouma, lien entre deux mondes

Des seaux, des paniers ou encore des bassines remplis de marchandises en équilibre sur la tête, parfois un bébé dans le dos, les tongs à la main, le pagne relevé pour grimper plus facilement, elles arrivent toutes au sommet de la faille avec bonne humeur et surtout impatientes de rejoindre le marché, situé à plusieurs de kilomètres de là.

Elles pensent déjà au retour et à la descente, qu'il faut éviter de faire de nuit. Quel courage !

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 6.

Publié le par fouta-decouverte

Moins connu que d'autres sites des environs proches, le mont Maci vaut pourtant le détour notamment dans le cadre d'une rando sur plusieurs jours. Il est possible de monter sur le sommet du mont pour une vue à 360° mais également d'en faire le tour pour découvrir les "géants pétrifiés" qui le gardent ou encore se baigner dans les cours d'eau et cascades aux environs proches.

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 5

Publié le par fouta-decouverte

Découvrez, en quelques images, DALABA, Préfecture au coeur du massif du Fouta Djalon.

Ici bat le coeur du Fouta !

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 4.

Publié le par fouta-decouverte

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 3.

Publié le par fouta-decouverte

Voir les commentaires

Au coeur du Fouta Djalon, épisode 2.

Publié le par fouta-decouverte

Voir les commentaires

1 2 > >>