Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfants du Fouta (suite)

Publié le par foutadecouverte

Enfants, enfants, ... suite !

Nous sommes sur le chemin du retour, direction la route nationale où nous devons attraper un taxi pour rentrer sur Sébhory. La piste que nous empruntons est pour une fois en très bon état, bien meilleur d'ailleurs que la route goudronnée ! L'inconvénient c'est que nous marchons sous un soleil de plomb qui pèse sur chacun de nos pas ou plus exactement de "mes" pas. Dans ces conditions, la marche relève plus du chemin de croix que de la balade bucolique.

Chaque fois qu'un arbre suffisamment proche de la route étale un peu de son ombre vers nous, j'en profite pour m'y abriter.

Finalement nous traversons un village où nous repérons un arbre pour nous poser et nous rafraichir un peu.

A peine arrêté que des enfants apparaissent dans la concession en face de nous. Ils sont 7 ou 8 entre 3 et 10 ans peut-être. Deux jouent avec un bidon jaune attaché à une ficelle qu'ils tirent comme une petite voiture. Un autre se distrait avec une vieille boite de sardines, des cailloux et du sable. Les autres sont sur la terrasse de la maison, autour d'un des plus agés, qui écrit l'alphabet sur une ardoise. Je pense alors à mes enfants et à tous leurs jouets, qui ne les empêchent pas de s'ennuyer !!!!

Les enfants se rassemblent devant nous pour nous observer mi amusés, mi inquiets mais curieux. Diouma, qui m'accompagne engage le dialogue avec eux. Il comprend alors qu'ils sont seuls chez eux, les parents étant partis pour la journée. Mais bon comme me dit Diouma," c'est pas un problème car les voisins sont là. En cas de problème, ils interviendront. Bien souvent en plus ceux sont des parents". Et effectivement nous apercevons un peu plus loin une femme qui vaque à ses occupations. 

Deux des enfants nous apportent des oranges qu'ils ont cueillis non loin de là. Elles sont vraiment les bienvenues. Nous en "buvons" 4 ou 5 chacun avant d'en donner aux enfants. 

Finalement nous remettons nos sacs au dos avant de reprendre notre marche. Chacun des enfants veut me serrer la main. je me prête au jeu. Dyaramaa ! Oôoh !

 

Commenter cet article