Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Case traditionnelle du Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

La rénovation d'une case traditionnelle, anciennement activité très courante, est devenue beaucoup plus rare au Fouta.

Peu à peu ce type d'habitat tend à disparaître, remplacé par des maisons dites "en dur" associant ciment, tôles, etc

La remise en état d'une case, ayant plus de 100 ans, est donc assez exceptionnelle ! 

Au cours de mon séjour d'Avril 2017, j'ai eu la chance d'assister à la renaissance d'une case de femme construite à la fin du 19ème siècle. 

Ci-après quelques images du chantier : 

Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon

Pour cette rénovation, tous les matériaux proviennent de la brousse : paille (attention pas n'importe laquelle...), écorce de branchages (utilisée comme liens), lianes (assez similaires à de l'osier), bambous et branches, jambe de soutien en bois, ...

Pas de cordes, pas de clous, que des produits prélevés dans la nature...

Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon
Case traditionnelle du Fouta Djalon

Fin de la toiture :

Case traditionnelle du Fouta Djalon

Reste à attendre la pluie (et une petite "coupe" d'ajustement) , pour que la paille se mette en place définitivement et ainsi retrouver la case telle qu'elle était avant : 

Case traditionnelle du Fouta Djalon

A l'intérieure (rénovation à venir), les ustensiles de cuisine, le lit et surtout le treillis de bois faisant office de plafond (en fait le garde manger/grenier) sont caractéristiques d'une case de femme. Au centre de la case (non visible sur les images), l'emplacement pour le foyer est un autre élément qui ne trompe pas. 

Case traditionnelle du Fouta DjalonCase traditionnelle du Fouta DjalonCase traditionnelle du Fouta Djalon

Avec cette autre case de femme dans un village voisin, où quelques concessions à la modernité (le lit notamment, un peu plus confortable...) ont été faites, on voit l'ancien emplacement du foyer ainsi que le grenier.

Case traditionnelle du Fouta DjalonCase traditionnelle du Fouta Djalon

Au final ce chantier aura permis à cette case de retrouver une nouvelle jeunesse.

Il aura surtout contribuer à la préservation du patrimoine local avec la mise en oeuvre de savoirs-faire locaux anciens (qui ainsi se pérennisent) : vraiment passionnant !

Voir les commentaires

L'artisanat du Fouta (suite)

Publié le par fouta-decouverte

Et voilà une petite vidéo présentant l'artisanat local : 

Artisanat du Fouta

L'artisanat du Fouta (suite)

Voir les commentaires

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (2ème partie)

Publié le par fouta-decouverte

Encore quelques coups de machette et enfin nous voilà arrivés ! 

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (2ème partie)

Devant nous s'ouvre un large cirque aux parois sombres, dont le sol est recouvert de roches de toutes tailles, comme autant de grains de sable semés là par un improbable géant ! 

Face à cet environnement très minéral, la cascade semble bien faible, étant sans doute à son niveau le plus bas de l'année. Mais elle est bien là, face à nous !  Et c'est une première satisfaction.

Quant à savoir si c'est bien la chute que nous recherchions, à ce moment précis, je suis assez sceptique, mon souvenir n'étant pas suffisamment clair.

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (2ème partie)

Le peu d'eau qui reste se laisse doucement tomber de quelques mètres dans un grand bassin, propice à la baignade; quelques rochers plus importants semblant avoir été installés pour servir de plongeoir. Notre improbable géant peut-être ?!?

Puis elle s'écoule au milieu de ce dédale pierreux, semblant par endroit disparaître, mais continuant son chemin malgré tout, pour aller se jeter quelques dizaines de mètres plus loin du haut d'une nouvelle marche : la quatrième, la cinquième ?? marche de Kambadaga !

Nous passons un agréable moment à nous rafraîchir puis à reprendre des forces avec notre inévitable pique-nique de rando : pain + miel + vache-qui-rit, pas de sardines cette fois-ci (voir mon article de blog "manger-en-rando-au-fouta").

Mais pas trop le temps de faire la sieste, ni d'explorer plus en aval (dommage...), car la course du soleil étant déjà bien avancée, il faut penser à remonter ! 

" Ah oui c'est vrai il faut remonter.... ! ". Nous reprenons notre sentier, à peine ouvert, en sens inverse. La progression est certes plus facile, car plus besoin de coupe-coupe, mais par contre les jambes ont du mal à suivre.

Avancer pas à pas, ne pas penser au chemin qui reste à parcourir mais plutôt à celui déjà parcouru, respirer régulièrement en rythme, rester concentré pour ne pas faire marche arrière sur un terrain caillouteux et glissant, .... Dur, dur ! 

Après environ une heure, enfin nous rejoignons la partie moins pentue de la remontée. J'ai le souffle court, le coeur qui ne sait plus comment battre, mais je suis soulagé d'être arrivé là !

Quand nous arrivons finalement à notre voiture, le soleil est proche de l'horizon, comme posé sur le mont Yimbili. 

Ouf ! Fatigué...., non épuisé ! mais satisfait d'avoir atteint l'objectif ! 

Et oui, arrivé à la voiture j'ai pu ouvrir la photo prise 20 ans plus tôt et ...

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (2ème partie)Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (2ème partie)

confirmé que nous avions retrouvé la 3ème chute de Kambadaga !

 

Merci à Bachir, notre guide sur place à Kambadaga, qui nous a ouvert la route et mené à cette fameuse 3ème chute. Si vous voulez découvrir sa région, vous pouvez le contacter directement au (224) 662 45 40 34. 

Merci à Diouma, mon ami et guide qui a largement contribué à la réussite de cette excursion. Si vous voulez découvrir le Fouta au cours d'excursions d'une journée ou de treks de plusieurs jours, n'hésitez pas à le contacter au (224) 666 11 62 41 ou (224) 620 37 96 71.

Et pour situer Kambadaga, consultez la carte "Fouta Djalon et autres sites de Guinée"

Voir les commentaires

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)

Publié le par fouta-decouverte

C'est une certitude la région regorge encore de sites non identifiés plus ou moins difficiles d'accès, que seuls les habitants, et notamment les chasseurs, connaissent.

Alors comme une évidence, quand il a fallu partir à la recherche de la troisième chute de Kambadaga, nous avons demandé l'aide d'un chasseur local.

" Dès notre arrivée au village de Hakoundé Mitty, nous nous sommes adressés aux villageois pour retrouver Bachir, une ancienne connaissance (du temps où nous explorions la région pour le compte de l'office de tourisme de Dalaba, 20 ans plus tôt...), guide et chasseur expérimenté, qui nous semblait être la bonne personne pour nous conduire à la 3 ème chute.

Informés qu'il était justement sorti le matin avec des visiteurs, nous l'avons suivi sur le site des chutes.

Après une petite marche "d'échauffement" pour rejoindre le pied de la première chute, nous avons retrouvé notre homme en compagnie d'un groupe de touristes belges.

Les salutations d'usage terminées, nous avons donc pu lui expliquer le but de notre visite et, malgré un petit doute sur notre compréhension mutuelle, nous avons décidé de partir ensemble redécouvrir cette fameuse 3ème chute... ou une  autre...

Et nous voilà partis à la suite de Bachir et d'un autre jeune du village, tous les deux équipés d'un coupe-coupe et pour Bachir d'un fusil : on ne sait jamais...

Tout d'abord, la descente s'est faite en pente douce sur un sentier à peu près tracé, sans grandes difficultés mais sous une chaleur étouffante et dans un silence assourdissant. 

Puis Bachir a bifurqué vers la droite, nous entraînant dans un véritable plongeon vers l'inconnu à travers une végétation dense et agressive, semblant remplir l'espace entre 2 falaises.

Les coupe-coupe se sont alors mis en action, de droite, de gauche, nous ouvrant un passage dans ce magma végétal.

La descente s'est ainsi poursuivie, lente, difficile, nous imposant de faire attention à chaque pas pour ne pas glisser, mais également de nous méfier de nos appuis pour éviter les branches épineuses, les trop fragiles et les insectes si prompts à vous grimper dessus (mention spéciale aux fourmis de toutes tailles...).

Plus de 2 heures durant nos "ouvreurs" ont bataillé avec la végétation : une véritable épreuve de force ! 

Quand enfin nous avons commencé à entendre les échos d'une cascade, nous avons compris que le but était proche, mais était-ce bien la chute recherchée ou une autre encore inconnue ?

Le mur végétal nous empêchant de voir au delà de quelques mètres, le mystère restait entier à ce stade.

Et puis soudain un cri nous a stoppé dans notre avancée ! Un seul cri bien distinct qui nous a fait lever la tête ! En vain ! Mais aucun doute possible, un chimpanzé nous avait repéré et donné l'alerte. La découverte de plusieurs nids, dont certains au sol, nous confirmait d'ailleurs très rapidement la présence très récente d'un groupe de ces primates.

Juste le temps d'une petite pause et nous avons repris notre progression dans une végétation un peu moins dense au pied d'arbres gigantesques, élançant leur fût vers le sommet des falaises !

Finalement après encore quelques minutes de marche, une fenêtre s'est ouverte devant nous, offrant un cadre végétalisé à LA cascade ! Ouaouh on y est ...."

A suivre....

 

Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)
Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)
Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)
Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)
Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)
Chutes de Kambadaga : à la recherche de la 3ème chute ! (1ère partie)

Voir les commentaires

Les mammifères du Fouta

Publié le par fouta-decouverte

Après les plantes du Fouta, voici un petit inventaire (non exhaustif) des mammifères présents dans la région.

Certes, ils ne sont pas tous très faciles à observer mais ceux inventoriés ont été, soit observés par des randonneurs, soit identifiés par les chasseurs locaux.

Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta
Les mammifères du Fouta

Les fiches descriptives ci-dessus ont été réalisées dans le cadre du projet de mise en valeur du parc du Niokolo-Koba au Sénégal.

Voir les commentaires

Plantes du Fouta Djalon.

Publié le par fouta-decouverte

En brousse, dans les villages et les tapades du Fouta, les plantes, arbres et arbustes sont aussi divers que variés.

Bien sûr pour les ressortissants de la région, ils n'ont pas ou peu de secrets (encore que ...), mais pour les visiteurs découvrant le Fouta Djalon, nombreuses sont les essences moins connues.

Pour aider ces derniers à les identifier et à mieux les connaître, je vous propose ci-après quelques fiches descriptives.

Certaines plantes ou arbres tels que orangers, caféïers, manguiers..., relativement plus connus ne sont pas "fichés" volontairement.

Si vous séjournez au Fouta Djalon quelques jours et notamment si vous avez la chance de faire une randonnée dans la région, vous ne manquerez pas de "croiser" certaines de ces espèces : saurez-vous les reconnaître ?

Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.
Plantes du Fouta Djalon.

Et si vous connaissez ou identifiez d'autres plantes non répertoriées ci dessus, je suis à l'écoute de toutes les contributions, permettant de compléter mon inventaire qui est loin d'être exhaustif !

Merci de fournir le nom de la plante avec si possible une photo et ses principales caractéristiques.

A très vite.

Voir les commentaires

Le musée du Fouta de Labé

Publié le par fouta-decouverte

Je partage avec vous l'article de Alimou Sow sur le musée du Fouta à Labé, une structure qui mériterait d'être mieux mise en valeur et enrichie.

Cet article au moins contribue à la faire connaitre.

Merci Alimou.

Un endroit à visiter si vous êtes dans la région.

A défaut de pouvoir faire des photos de l'intérieure du musée, voici une photo de sa fondatrice (à droite sur la photo), Madame Zénab Koumanthio Diallo : un exemple à suivre.

 

Voir les commentaires

Le Fouta en Guinée et au Sénégal !

Publié le par fouta-decouverte

Je ne résiste pas à l'envie de partager les photos de Simon F., photos prises ces derniers jours au coeur du massif du Fouta aussi bien côté guinéen (Doucki, Koundara, Labé), que côté sénégalais (campement Wassadou, parc du Niokolo) !

Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !
Le Fouta en Guinée et au Sénégal !

Je profite de l'occasion pour partager avec vous, ou plutôt re-partager, l'adresse du blog de Simon, qui vit en Casamance, à la frontière avec la Gambie.

 Un blog à déguster comme une gourmandise ! Si si c'est vrai, allez-y voir ! 

Voir les commentaires

Retour aux sources en Guinée par Fadima M

Publié le par fouta-decouverte

Parce que son expérience de retour aux sources est encore trop rare et vraiment touchante, je partage avec vous le récit de Fadima M.

Juste avant son départ en Mars 2016, voilà ce q'elle écrivait sur sa page Facebook : 

"En route pour l'Afrique avec ma Mamie swag haha...
Mes origines, la famille ....
Je vais voir et savoir d'ou je viens .....
Mes grands-parents sont venus il y a 50 ans ...
50 ans plus tard c'est moi qui y vais ...

De retour en France, après quelques jours en famille en Haute Guinée et une petite virée au Fouta Djalon, elle partageait ces quelques mots et photos :

" Moins de 2h de marche plus tard, nous voici au milieu d'une forêt dense, le bruit proche des chutes comme seule musique.

Un singe au loin nous observe.

Retour aux sources en Guinée par Fadima MRetour aux sources en Guinée par Fadima M

Un arbre en guise de pont afin de passer la petite rivière, l'origine du bruit n'est plus très loin....

Le bruit se fait de plus en plus fort. Je ne cours pas, mais je marche très vite ....

Et la voilà, la fameuse cascade.

Jamais je n'aurai imaginé voir cela, encore moins ici en Guinée ....

Pas envie de partir mais surtout j'ai bien l'intention d'y revenir ...."

Pour conclure aujourd'hui par ces quelques mots :

"Mes chers grands-parents ! Merci à vous. Sans vous je n'aurai jamais fait ce voyage : Mme Fanta Sangaré de Kantoumanina et Mr Fodé Sangaré originaire du village de Trido dans la préfecture de Mandiana, qui un jour, à un moment clef de sa vie, a pris une grande décision sans laquelle toute ma famille et moi-même, ne serions pas la aujourd'hui. "

En attendant un prochain départ...

Retour aux sources en Guinée par Fadima MRetour aux sources en Guinée par Fadima MRetour aux sources en Guinée par Fadima M

Voir les commentaires

Pour entrer en Guinée : infos aux frontières

Publié le par fouta-decouverte

La Guinée a des frontières communes avec 6 pays : Guinée-Bissau, Sénégal, Mali, Côte d'Ivoire, Libéria et Sierra Leone.

Depuis les différents pays voisins, il existe pour chacun d'entre eux, plusieurs points de passage possibles. Selon les régions les routes et/ou les pistes sont plus ou moins « faciles ».

 

Quelques informations, pour les voyageurs transfrontaliers :

Depuis la Guinée-Bissau : le principal point de passage se situe vers le nord entre Gabu-Buruntuma et Saréboïdo-Koundara. Depuis Bissau, la route est un mélange de bitume et de piste. Au point de passage entre les 2 pays, la piste est plus mauvaise, mais à partir de Koundara, de nouveau du goudron.

Plus au sud, il existe un autre point de passage entre Quebo-Cuntabane et Dabiss-Boké, mais sur cet axe la piste est vraiment mauvaise avec des passages de gués. Le trajet se fait principalement avec des motos-taxis. Sinon il faut un bon 4x4... A éviter d'août à octobre.
 

Pour entrer en Guinée : infos aux frontièresPour entrer en Guinée : infos aux frontières
Pour entrer en Guinée : infos aux frontièresPour entrer en Guinée : infos aux frontières

Depuis le Sénégal : le point de passage le plus courant et le plus facile se situe sur l'axe entre Manda-Kalifourou et Sambaïlo-Koundara. Route bitumée en bon état, en venant de Dakar ou de Casamance.

Autres points de passage possibles, plus à l'est au niveau de Youkounkoun : piste assez sommaire, plus pour des vélos ou des piétons... et également entre Kédougou-Dindéfélo et Mali ville : la piste est, sur cet axe, très délicate et réservée aux 4x4, avec chauffeur expérimenté. Et encore...

Depuis le Mali : l'axe entre Bamako-Naréna et Kourémalé-Siguiri est goudronné tout du long. C'est LE point d'entrée en Guinée depuis le Mali. Plus au sud, l'axe entre Bougouni-Yanfolila et Mandiana est très mauvais des deux côtés de la frontière. Et en plus il ne présente que peu d'intérêt du point de vue des paysages. A éviter encore plus en saison des pluies...

Depuis la Côte d'Ivoire : le principal axe d'entrée est situé entre Danané-Gbapleu et N'Zo-Lola, le plus au sud. Cette frontière a été rouverte en septembre 2016 après plusieurs mois de fermeture pour cause de crise sanitaire. Cet axe non bitumé est très fréquenté, notamment par les commerçants transfrontaliers.

Autres points de passage possibles, mais à déconseiller fortement vu l'état des pistes : l'axe entre Odienné et Sinko-Beyla mais aussi entre Odienné et Mandiana. Un enfer loin de tout !

Depuis le Liberia : on entre en Guinée par l'axe Voinjama (Liberia) -Daro (Guinée) pour atteindre Macenta ou par Ganta (Libéria) -Diecké (Guinée) pour atteindre N'Zérékoré. Que de la piste...

Depuis la Sierra Leone : l'axe « naturel » pour rentrer en Guinée est celui entre Kambia et Pamélap-Forécariah. C'est une route bitumée qui permet de relier les capitales des 2 pays, en moins de 6 heures de route.

Un deuxième point de passage, non bitumé avec quelques passages délicats côté guinéen, est situé sur l'axe entre Kamakwie-Fintonia et Madina-Oula-Kindia. Idéal pour relier le Fouta plus au nord !

Il est également possible de rentrer en Guinée par la région forestière en passant par l'axe entre Kailahun et Nongoa-Guéckédou. Que de la piste dont l'état varie selon la saison !

(article rédigé par Patrick Madelaine pour le Petit Futé Guinée 2017.... )

Pour entrer en Guinée avec un véhicule personnel, il vous faudra : 

- un Carnet de Passage en Douanes ou CPD. Il semble que le carnet ATA soit aussi accepté, mais officiellement c'est le CPD qui est demandé !

- une assurance mondiale à vous procurer auprès de votre assureur ou encore une assurance valable pour les pays de la CEDEAO.

- un permis de conduire international.

- à la frontière, prendre un laisser-passer pour 50.000 FG en indiquant la durée du séjour prévu....

- et évidemment un passeport avec visa (pas possible de faire un visa pour Guinée à la frontière !) et carnet de vaccination !

- Prévoyez quelques photocopies de passeport, visa, assurance, carte-grise au cas où. On pourrait vous en réclamer à certains points de contrôle.

- Attention également de bien avoir votre extincteur, une trousse de soins et deux triangles, qui pourront vous être demandés lors de contrôles policiers (parfois pointilleux...). 

 

Attention ! Les frontières de la Guinée sont fermées la nuit !

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>